Recherche

Digitalize Global

L'échange global de données bancaires (AIA) - les faits les plus importants

L'échange global de données bancaires (AIA) - les faits les plus importants

L'échange mondial de données bancaires

Norme commune de reporting (CRS) également connu sous le nom d'automate Échange d'informations (AIA) sur les comptes financiers, est un système international d'échange d'informations sur les comptes financiers entre les autorités fiscales de différents pays. Ce processus a été initié dans le but de lutter contre l'évasion fiscale et d'accroître la transparence dans le secteur financier.

Pays concernés

Plus de 100 pays et juridictions ont adhéré à l'AIA, dont la plupart des pays de l'OCDE, des États membres de l'UE et de nombreuses autres nations. Quelques centres financiers importants comme la Suisse, le Luxembourg et les îles Cayman y participent également.

Pays non participants

Les pays qui n'ont pas mis en œuvre l'AIA (Automatic Exchange of Information, échange automatique d'informations) sont appelés "pays non participants". Voici quelques informations plus approfondies sur ces pays :

États-Unis États

  • Le site ÉTATS-UNIS ont leurs propres lois et règlements fiscaux, y compris le FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act), qui ressemble à certains égards à l'AIA.
  • Ils ont jusqu'à présent refusé d'adhérer à l'AIA en raison de leur législation nationale et des problèmes potentiels de double imposition pour les citoyens américains.

Brésil

  • Si le Brésil a fait des progrès ces dernières années en matière de réforme fiscale et d'amélioration de la transparence fiscale, il n'est pas encore actif en ce qui concerne l'AIA.
  • Le Brésil a néanmoins annoncé son intention d'adhérer à l'AIA à l'avenir.

Russie

  • La Russie a ses propres lois fiscales et a jusqu'à présent décidé de ne pas participer à l'AIA.
  • La Russie a ses propres accords d'échange d'informations fiscales avec un certain nombre de pays, mais elle n'est pas intégrée dans l'AIA mondial.

Protection des données

Les pays qui ne participent pas à l'AIA sont potentiellement intéressants pour les personnes qui, pour diverses raisons, souhaitent protéger leurs finances de la divulgation automatique. Toutefois, ces pays peuvent également être soumis à une pression accrue pour adhérer à l'AIA afin d'améliorer la transparence fiscale internationale et la lutte contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent, mais on ne sait pas quand.

Données échangées

Dans le cadre de l'EAI, des informations sur les comptes financiers, telles que les soldes des comptes, les intérêts, les dividendes et le produit de la vente d'actifs financiers, sont échangées chaque année entre les pays participants. Les données concernent les personnes résidant dans un pays autre que celui dans lequel le compte est détenu.

Rôle des montants monétaires et des déclarations nulles

Il n'y a pas de montant minimum pour l'échange de données. Tant Comptes avec des avoirs importants que ceux avec un bilan nul sont déclarés. Les institutions financières sont tenues de transmettre tous les comptes à déclarer aux autorités fiscales de leur pays, quel que soit leur montant.

Procédure des services fiscaux

Les autorités fiscales des pays participants reçoivent les données de compte des autres pays et peuvent les joindre aux déclarations fiscales de leurs Citoyens les comparer. En cas d'anomalies, telles que des comptes à l'étranger non déclarés, ils peuvent lancer des enquêtes supplémentaires et, le cas échéant, percevoir des arriérés d'impôts et des pénalités. L'AIA doit permettre de lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale.

États-Unis : deux poids, deux mesures pour l'échange d'informations fiscales ?

Voici quelques informations plus détaillées sur les États-Unis et l'AIA (Automatic Exchange of Information) :
  • Les États-Unis n'ont pas encore ratifié l'AIA, car ils disposent déjà de leur propre système d'échange d'informations fiscales, le Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA).
  • FATCA oblige les institutions financières étrangères à transmettre à l'IRS (Internal Revenue Service) des informations sur les comptes des contribuables américains.
  • Bien que les États-Unis ne fassent pas partie du Common Reporting Standard (CRS), il y a des dispositions en vigueur par le biais du FATCA (Foreign Account Tax Compliance Act). bilatéral les accords d'échange de données. Ces accords concernent uniquement les entreprises privées Comptes et ne sont donc pas pertinentes pour les US LLC et les Comptes commerciaux étranger Citoyens. Les US LLC sont considérées comme des personnes morales indépendantes et non comme des titulaires de comptes étrangers ; elles ne sont donc pas concernées par ces règles.
  • Les critiques affirment que les États-Unis appliquent une double norme en demandant des informations à d'autres pays, mais en ne participant pas eux-mêmes à l'AIA.
  • D'autres pays, y compris les États membres de l'UE, font pression sur les États-Unis pour qu'ils adhèrent à l'AIA afin d'améliorer la transparence fiscale internationale et la lutte contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent.
  • Malgré ces controverses, le gouvernement américain n'a jusqu'à présent donné aucun signe de son intention d'adhérer à l'AIA. Il reste à voir si cela changera à l'avenir, surtout dans le contexte d'une coopération internationale accrue pour lutter contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent.

Conclusion

L'échange mondial de données bancaires, également connu sous le nom d'échange automatique d'informations (EAI), est un outil important pour lutter contre l'évasion fiscale et accroître la transparence dans le secteur financier. Alors que plus de 100 pays ont adhéré à l'AIA, certains acteurs importants, comme les États-Unis, restent en dehors de cet accord, ce qui suscite des critiques quant à un potentiel double standard. Malgré ces controverses, la coopération internationale pour lutter contre l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent reste un objectif important pour la communauté mondiale.

Est-ce que cela a été utile ?

Oui
Non
Merci beaucoup pour vos commentaires !
Avertissement : veuillez noter que les données, les taux d'imposition et les réglementations mentionnés peuvent changer au fil du temps. Ne prenez pas de décision de votre propre chef sans vous faire conseiller au préalable par un expert de votre situation individuelle. Il est dans votre intérêt de toujours recevoir des informations personnalisées d'un expert expérimenté qui connaît votre situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisse le champ ci-dessous vide !

Sujets similaires
Nouveau