Recherche

Digitalize Global

Les sociétés offshore : Mythes, réalités et faits

Les sociétés offshore : Mythes, réalités et faits

Le terme "société offshore

Pour la plupart des gens, le terme "société offshore" est associé à des idées d'évasion fiscale, de blanchiment d'argent et de secret. La réalité est toutefois plus complexe et plus variée. Dans cet article, nous mettons en lumière ce que sont réellement les sociétés offshore, quels sont les différents types et comment ce domaine évolue avec les nouvelles réglementations.

Qu'est-ce que le commun des mortels entend par offshore ? Les associations courantes avec les structures offshore ont souvent une connotation négative. Beaucoup de gens pensent à l'évasion fiscale, à la protection des actifs dans une zone grise juridique ou à des activités financières opaques dans des pays où la législation est plus souple. Le mot "offshore" lui-même évoque des idées d'îles dans les Caraïbes ou d'autres lieux exotiques.

Que sont réellement les sociétés offshore ? En substance, les sociétés offshore sont simplement des sociétés créées et enregistrées en dehors du pays ou de la juridiction de leur propriétaire. Les raisons sont diverses et pas toujours illégales. Les motifs légitimes peuvent être l'évasion fiscale dans un cadre légal, la gestion financière internationale ou la protection d'actifs.

"Si l'imposition est trop élevée dans mon pays d'origine et que l'existence de mon entreprise est menacée, je déménage avec mon entreprise ailleurs. C'est le principe du marché libre et c'est ainsi qu'il devrait être".

Types de structures offshore

Il existe différentes formes de sociétés et de structures offshore. Quelques exemples :

  1. Entièrement offshore : L'ensemble de la structure de l'entreprise se trouve en dehors du pays d'origine du propriétaire, sans aucun lien avec celui-ci.
  2. Partiellement offshore : La société holding ou la société mère est enregistrée offshore, tandis que les filiales opérationnelles sont situées dans le pays d'origine ou dans d'autres pays.
  3. Compte bancaire offshore : Un Compte bancaireLe compte est ouvert auprès d'une banque située dans une juridiction autre que le pays d'origine du titulaire du compte.

Les places offshore les plus connues sont considérées comme des paradis fiscaux tels que les Bahamas, les îles Cayman ou le Panama. D'autres centres financiers très prisés sont la Suisse, Singapour ou le Luxembourg.

Les changements réglementaires et leurs conséquences

Ces dernières années, des accords internationaux tels que l'accord sur l'échange automatique de données entre les États membres de l'UE ont permis d'améliorer l'accès à l'information. Échange d'informations (AIA, CRS) a eu pour effet de rendre les activités offshore plus transparentes. La plupart des centres financiers offshore connus ont adhéré à l'AIA (CRS).

Cela signifie que les institutions financières de ces pays doivent désormais transmettre des informations sur les comptes des ressortissants étrangers à leur pays d'origine. La confidentialité autrefois stricte de nombreuses places offshore s'en trouve affaiblie.

Pour les propriétaires d'entreprises et les investisseurs qui utilisent légalement des structures offshore à des fins d'optimisation fiscale ou de protection du patrimoine, cette tendance constitue un défi. Les solutions offshore totalement opaques se font de plus en plus rares.

Pour ceux qui ont utilisé des sociétés offshore à des fins illégales, comme l'évasion fiscale ou le blanchiment d'argent, les échappatoires se ferment. Les régulateurs et les autorités peuvent plus facilement suivre les flux de capitaux et les actifs.

Ce faisant, le capital privé est diminué, ce qui entraîne également une instabilité sur le marché mondial. Malheureusement, ces problèmes sont également aggravés par Convention de double imposition (CDI) ne sont pas toujours résolues en faveur des détenteurs de capitaux.

Les pays offshore les plus connus et l'AIA (CRS)

Lorsque l'on pense aux destinations offshore, les pays et territoires suivants viennent souvent à l'esprit :

  1. Suisse
  2. Luxembourg
  3. Singapour
  4. Bahamas
  5. Îles Caïmans
  6. Bermudes
  7. Îles Vierges britanniques (BVI)
  8. Panama
  9. Île de Man
  10. Malte

Ceux-ci ont longtemps été considérés comme les "paradis fiscaux" et les paradis offshore les plus célèbres du monde.

Le mythe de ces pays comme étant des lieux où le secret bancaire est impénétrable et l'opacité totale a toutefois évolué ces dernières années. La raison en est le Accord sur l'échange automatique d'informations (AIA)La plupart de ces centres financiers y ont adhéré.

Sur les dix destinations offshore susmentionnées, huit - la Suisse, le Luxembourg, Singapour, les Bahamas, les îles Cayman, les Bermudes, les îles Vierges britanniques et Panama - ont signé l'AIA (CRS). Seules l'île de Man et Malte n'ont pas encore donné leur accord.

PaysAnnée d'adhésionConséquences pour les sociétés et les comptes bancaires
Suisse2018La Suisse a signé l'AIA avec certaines limitations et réserves qui rendent l'application de l'accord difficile pour certains Comptes et les sociétés. Néanmoins, la plupart des comptes et des sociétés sont concernés par le transfert automatique d'informations.
Luxembourg2017Le Luxembourg a signé l'AIA et est donc obligé de transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes financiers et les contribuables dans d'autres pays. Pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires au Luxembourg, cela peut entraîner une augmentation des obligations fiscales dans leur pays d'origine.
Singapour2018Singapour a signé l'AIA, ce qui l'oblige à transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables dans d'autres pays. Pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires à Singapour, cela peut entraîner une augmentation des obligations fiscales dans leur pays d'origine. Singapour dispose toutefois de quelques exceptions pour certaines sociétés et certains comptes qui ne sont pas concernés par l'accord.
Bahamas2018Les Bahamas ont signé l'AIA et sont donc obligés de transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables dans d'autres pays. Pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires aux Bahamas, cela peut entraîner une augmentation des obligations fiscales dans leur pays d'origine. Toutefois, les Bahamas appliquent toujours un secret bancaire strict pour les comptes ouverts avant 2017.
Îles Caïmans2017Les îles Caïmans ont signé l'AIA et sont donc obligées de transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables dans d'autres pays. Les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires aux îles Cayman peuvent ainsi se retrouver avec des obligations fiscales plus importantes dans leur pays d'origine. Les îles Caïmans ont toutefois quelques exceptions pour certaines sociétés et certains comptes qui ne sont pas concernés par l'accord.
Bermudes2017Les Bermudes ont signé l'AIA et sont donc obligées de transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables dans d'autres pays. Cela peut entraîner pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires aux Bermudes des obligations fiscales plus importantes dans leur pays d'origine. Les Bermudes ont toutefois quelques exceptions pour certaines sociétés et certains comptes qui ne sont pas concernés par l'accord.
Îles Vierges britanniques (BVI)2017Les îles Vierges britanniques (BVI) ont signé l'AIA, ce qui les oblige à transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables situés dans d'autres pays. Cela peut entraîner pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires aux BVI des obligations fiscales plus élevées dans leur pays d'origine. Les BVI ont toutefois quelques exceptions pour certaines sociétés et certains comptes qui ne sont pas concernés par l'accord.
Panama2018Le Panama a signé l'AIA et est donc obligé de transmettre automatiquement à d'autres pays des informations sur les comptes bancaires et les contribuables dans d'autres pays. Cela peut entraîner pour les propriétaires de sociétés offshore et de comptes bancaires au Panama des obligations fiscales plus élevées dans leur pays d'origine. Le Panama dispose toutefois de quelques exceptions pour certaines sociétés et certains comptes qui ne sont pas concernés par l'accord.
Île de ManPas encorePas encore
MaltePas encorePas encore

En participant à l'AIA (CRS), ces pays sont obligés de transmettre automatiquement des informations sur les comptes bancaires et les avoirs des ressortissants étrangers à leurs pays d'origine respectifs. Cela implique une perte considérable de confidentialité et de vie privée pour les structures offshore dans ces juridictions.

La protection autrefois stricte du secret bancaire et les possibilités d'obtenir des informations complètes sur les comptes bancaires ont été supprimées. Anonymat pour les sociétés et les comptes offshore ont ainsi été fortement restreints. Alors que ces pays continuent d'offrir des lieux attractifs pour l'optimisation fiscale légale et les stratégies de protection des actifs, ils doivent désormais se conformer à des normes de transparence et de conformité beaucoup plus strictes.

Le mythe du paradis offshore entièrement fermé et secret n'est plus tout à fait vrai pour la majorité des places financières connues. Les réglementations internationales telles que l'AIA (CRS) ont conduit à une plus grande ouverture et à une plus grande transparence. Surveillance a été menée.

A la recherche de l'inconnu

Nous n'avons pas pris en compte les États-Unis - c'était une erreur !

Une destination qui est souvent oubliée dans ce contexte, ce sont les ÉTATS-UNIS même - plus précisément certains États américains :

Les États tels que le Wyoming et le Nevada permettent en outre de réaliser une large création anonyme d'entreprise sans divulgation des ayants droit économiques. Des "Registered Agents" peuvent servir d'interlocuteurs à la place des propriétaires réels.

Ainsi, certains États américains remplissent les quatre principaux critères des paradis offshore pour les non-ressortissants américains :

  1. Pas d'imposition au niveau de l'entreprise
  2. Protection absolue des données des titulaires
  3. Réglementation libérale de la structure des entreprises
  4. Banques sans obligation de déclaration automatique aux autres pays

Le mythe du "paradis fiscal" entièrement étranger n'est plus tout à fait vrai pour une grande partie des places financières connues. Grâce à des réglementations telles que l'AIA (CRS), beaucoup ont perdu de leur opacité. En revanche, les États-Unis eux-mêmes, et notamment certains États, sont devenus une destination offshore souvent ignorée.

Un prix imbattable

A cela s'ajoute le fait que les Création d'entreprise aux États-Unis permet d'ouvrir un compte bancaire sans présence personnelle et sans frais élevés. Contrairement aux milliers d'euros requis comme premier dépôt dans les banques des républiques bananières, l'ouverture d'un compte aux États-Unis est gratuite et ne nécessite pas de présence personnelle, comme c'est le cas dans les républiques bananières.

Conclusion

Oubliez le cliché de l'homme d'affaires avec une valise pleine de billets de banque qui se rend dans une république bananière des Caraïbes pour y déposer son argent sur un compte bancaire. L'idée selon laquelle de tels comptes ne sont accessibles qu'aux trafiquants de drogue et autres hommes d'affaires illégaux est dépassée. Votre entreprise légale et utile peut également bénéficier de la protection des données et de la stabilité. Nous attribuons aux États-Unis la meilleure note offshore parmi les solutions légales et mondialement reconnues pour les affaires offshore, avec un niveau élevé de sécurité et de transparence pour les fondateurs.

Est-ce que cela a été utile ?

Oui
Non
Merci beaucoup pour vos commentaires !
Avertissement : veuillez noter que les données, les taux d'imposition et les réglementations mentionnés peuvent changer au fil du temps. Ne prenez pas de décision de votre propre chef sans vous faire conseiller au préalable par un expert de votre situation individuelle. Il est dans votre intérêt de toujours recevoir des informations personnalisées d'un expert expérimenté qui connaît votre situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisse le champ ci-dessous vide !

Sujets similaires
Nouveau